Femmes, de l'objet au sujet: quand le droit et le militantisme féministe se rencontrent

Ce colloque fait suite à « Femmes, de l’objet au sujet : pouvoir politique, discours juridique et égalité professionnelle » qui s’était déroulé en janvier 2015 à UT1 Capitole. Victimes d’exclusion et de discrimination, rejetées de la société patriarcale, les femmes sont parvenues au prix de longues luttes, à se frayer un chemin sur la voie de l’inclusion sociale et politique en Occident mais aussi dans d’autres régions du monde. Cette (r)évolution a permis aux femmes de passer du statut subalterne d’objet de représentations sociales à celui de sujet de droit. Le XXème siècle a vu la généralisation du droit de vote aux femmes, l’essor des théories féministes, et l’accès des femmes à l’éducation et au monde du travail ; les barrières à l’emploi se sont estompées, sans disparaître pour autant. Malgré de grandes victoires, de nombreux progrès restent à accomplir. Cette difficile conquête de l’égalité des droits a également généré des interrogations et des paradoxes : d’une part, une égalité des statuts et des chances qui amènerait à l’abolition de la discrimination en termes de genre ; or, la féminisation de certains secteurs d’activité, l’inégalité entre hommes et femmes en termes de rémunération, amènent à reposer la question du féminisme comme idéologie, voire réductionnisme. D’autre part, la revendication par certains courants de pensée féministes, rangés sous la bannière de la théorie des genres, d’une spécificité féminine semble contredire la volonté d’abolir les différences et se rapproche davantage de l’essentialisme.

 

 

Contact:

Christine Dualé : christine.duale@ut-capitole.fr

Anne-Marie O’Connell : anne-marie.O-connell@ut-capitole.fr

Personnes connectées : 1